Hussein Chalayan : mettre en forme l’indescriptible

Collection After Words, automne/hiver 2000 © Christopher Moore

La créativité ne connaît pas de frontière. De limite stricte, de cadre ou de norme. Le propre de l’artiste est – ou serait ? –  d’investir toutes les formes de la création.

Hussein Chalayan est, peut-être, un des plus parfaits exemples de ce décloisonnement tant glosé entre « art pur » et « art appliqué ». Et l’exposition que lui consacre actuellement le musée des Arts décoratifs met en évidence la richesse et la variété formelle de son travail, ainsi que sa profondeur conceptuelle.

Styliste connu – et reconnu –  pour ses propositions vestimentaires futuristes, ses recherches ne sauraient pour autant se limiter au seul monde de la mode. Au contraire, au fil de ses collections, il a tissé de véritables liens entre la création de vêtements et une production artistique protéiforme. Utilisant les ressources de l’art vidéo, de l’installation, traitant certains de ses défilés à la manière de happening ou de performances artistiques, il développe une démarche expérimentale et conceptuelle, faisant de ses collections de véritables expériences multi-sensorielles aux connotations politiques et sociales, terriblement ancrées dans l’actualité. Ses prises de positions, fortes et engagées – on se souviendra de son « interprétation » de la burqa en 1998 –, ont le très grand mérite de vouloir faire bouger les lignes, en utilisant des moyens très différents, et donc d’autant plus efficaces, de ceux traditionnellement employés pour ce type de revendications. Représentant de la Turquie à la 51e Biennale de Venise, il met en scène Tilda Swinton dans un court métrage, Absent/Presence, qui questionne les phénomènes de névrose et de paranoïa engendrés par le terrorisme. La vidéo est un des médiums privilégiés par Chalayan, lui permettant de créer de toutes pièces un univers. Dans Place to passage, il construit une « structure aérodynamique en forme de capsule », interprétation personnelle d’une voiture de Formule 1, et nous entraîne dans un voyage imaginaire, entre Londres et Istanbul. La mise en regard, dans cette exposition, de ses vêtements, de ses films et de ses installations, met en évidence la cohérence de son travail.

Collection Genometrics, automne/hiver 2005 © Christopher Moore

 On pourrait lui reprocher une trop grande intellectualisation de la mode – ne s’agit-il pas, seulement, de faire des vêtements ? Mais le « portable » en tant que tel, le « vendable », sûr et rentable, n’est véritablement pas ce qui l’intéresse en premier lieu. De ses Burried Dresses, robes revenues d’outre-tombe, ayant subies l’inhumation et la résurrection, à l’Areoplane Dress, en passant par les robes « par avion », l’élaboration d’une forme non seulement esthétique, mais aussi signifiante, est sa motivation première. Des formes qui reconstruisent le corps, le redéfinissent et l’étendent à d’autres domaines.

Collection Readings, printemps/été 2008 © Christopher Moore

Collection Between, printemps/été 1998 © Christopher Moore

Collection Before Minus Now, printemps/été 2000 © Christopher Moore

Le travail de Chalayan interroge non seulement la définition de l’artiste, mais également, son rôle, son implication, pour ne pas dire son action dans la société. À l’heure où nombre de créateurs pourraient sembler se complaire dans un monde de luxe et futilité, Chalayan fait de sa création une arme de la pensée, réactualisant la figure de l’artiste visionnaire.

Elodie Voillot

Hussein Chalayan. Récits de mode, musée des Arts décoratifs, 107, rue de Rivoli 75001 Paris.

Poster un commentaire

Classé dans Expos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s